A la suite du tremblement de terre du 14 août dernier, Notre ami, le père Jean-Marcel LOUIS, doyen de la faculté des Cayes où notre Association s'est rendue pour enseigner, nous raconte : 

Le Diocèse contient 68 paroisse et plus de 200 communautés ou regroupements de chrétiens que nous appelons ''chapelles''.

Tout le diocèse est complètement affecté par séisme et à des niveaux divers.

 

À la tête du diocèse se trouve notre Evêque qui est notre seul Cardinal haïtien. Miraculeusement, il a pu s'échapper aux premières secousses avec ses collaborateurs avec lesquels il prenait son café au réfectoire qui se trouve au rez-de-chaussée, avant de monter à son bureau au premier étage (D'ailleurs, il dit avoir une reconnaissance particulíère pour le café dont la prise lui valut la vie).

 

Dans sa course il est propulsé à deux reprises par les secousses. Par terre étant, il regarda le bâtiment de l'évêché qui s'écroulait totalement comme une mangue qui se détachait de sa branche. Une poussière blanche suivit cet effondrement qui ne permit à personne de se rendre compte de l'existence des autres pendant 3 longues minutes qui ressemblaient à une éternité sans les autres. De cette chute, comme les 3 autres prêtres aussi, le Cardinal est sorti avec une jambe dont la rotule subit un choc violent qui le mit sur des béquilles aujourd'hui... Des blessures légères pour les autres mais qui en souffrent aussi.

 

Mais, nous enregistrons trois victimes emportées par le séisme: deux jeunes ménagères dans la vingtaine et un prêtre malade retraité de 91 ans dont nous venons de célébrer les funérailles ce samedi 20 août. Tout éclate sous nos yeux en quelques secondes. Notre ville des Cayes devient une véritable poche éventrée de victimes décédées, estropiées, etc.

 

Nos miséreux, fidèles deviennent automatiquement des sans-abris quoique ces maisons ressemblaient pour la plupart à des pare-soleil, mais c'étaient les leurs. Aujourd'hui, ils se retrouvent dans la rue sous des morceaux de toile ou des draps servant de toiture montée sur quatre piquets de bois. La rue devient l'habitat et non plus le macadam de circulation.

Nos prêtres des zones reculées se retrouvent en un seul jour sans abri observant l'église, la salle paroissiale, l'école, le presbytère s'écrouler sous leurs yeux. Ils voient les fidèles comme eux plonger dans la misère la plus atroce en une fraction de seconde.

 

Notre université, la faculté des sciences infirmières, celle que vous aviez visitée en 2013, lors de votre visite est penchée comme les pieds d'un fauteuil à dodeliner donc inaccessible, or l'université travaillait encore pour se fermer en septembre à cause de la COVID-19. Où et comment accueillir les étudiants pour terminer l'année. Un véritable casse-tête.

Et les étudiants ?  où trouver l'argent pour payer le reste de la scolarité nécessaire pour le salaire des profs qui attendent la pitance pour préparer la rentrée de leur progéniture du primaire et du secondaire et de l'université ?? Tout le monde dans la fournaise !!!

 

Chère amie Madame Lancien, dans la mesure où vos proches, vos amis, vos connaissances voudraient nous aider, nous serions très contents afin de voler au secours des familles. J'ai perdu cinq proches qui habitaient une même maison dont il ne reste que l'emplacement.

 

Alors j'ai divisé mon approche en trois temps

1- l'extrême urgence

2- l'urgence

3- le très court terme

4- le court terme

5- le moyen terme

6-le long terme

 

Mais l'extrême urgence est déjà passée. C'etait le temps du sauvetage des décombres, de sortir les gens des espaces de dangers. Nous avons gérer cela toute la semaine écoulée.

 

Nous sommes dans l'urgence maintenant.

Dans ce contexte nous voulons aider à mettre les gens sous des tentes ou des bâches car ils dorment à même le sol ou le gazon ou sur des morceaux de planche ou dans des voitures pour ceux qui en ont.

 

* Nécessité de TENTES OU BÂCHES

 

* KITS SANITAIRES pour les petits blessés 

 

* KITS ALIMENTAIRES car maintenant la faim sévit draconiennement pour enfants et personnes âgées (tout le monde est dans le cas mais gérer les plus vulnérables est un devoir de conscience et de chrétien)

 

* PETITS TROUSSEAUX DE LINGES (et accessoires de toilette)

 

Dans le très court terme

Il s'agit de reloger les gens dans des abris provisoires pour 6 à 12 mois afin de leur redonner leur dignité pour qu'ils quittent la rue et les bâches et les tentes.

 

Dans le court terme

Leur offrir la possibilité de manger à partir de leurs efforts et prendre en charge la scolarité de leurs enfants dans la dignité. Les aider à reprendre la vie par eux-mêmes avec des crédits solidaires

 

LE MOYEN terme

 

Les aider a retrouver leur autonomie économique et financière par des moyens massifs venant d'aide internationale de développement.

 

LE LONG TERME..... 

Coopération internationale donc affaire de gouvernement.

 

Alors dans ce cas je vous demanderais de m'aider à intervenir dans l'urgence auprès d'eux pour leur redonner espoir et goût de vivre.

 

Je vous remercie infiniment de cette marque d'attention, de cette compassion et surtout de cette affection maternelle.

 

Union de prières

 

Amicalement,

 

Jean Marcel LOUIS

Notre Association organise une vaste opération "Urgence Haïti" pour envoyer rapidement une aide directe au père Louis auquel nous faisons entièrement confiance. Nous savons que cet argent sera utilisé à bon escient pour le bien de tous. 
                                       AIDEZ-NOUS A LES AIDER

Rendez vous sur l'onglet "Faire un don" pour connaître la démarche à suivre.

                                                                             L'équipe de l'Association